Essai : Yema Navygraf Héritage, la plongeuse aux aiguilles jaunes

En ce début d’année 2019, Yema dévoile une réédition de son modèle Navygraf sorti au début des années 1970. Cette plongeuse aux aiguilles jaunes ne manque pas de charme et s’inscrit pleinement dans la continuité de la collection Héritage.

Lors de sa sortie, la Yema Navygraf est restée dans l’ombre de la Yema Superman, qui disposait alors de caractéristiques techniques plus poussées. Aujourd’hui,  son look inimitable typique des années 1970 en font un modèle très recherché par les collectionneurs.

Un design travaillé

Si le design de la nouvelle Yema Navygraf reprend les caractéristiques principales du modèle original, certains éléments ont été entièrement repensés. Par exemple, le guichet date a été supprimé pour des raisons esthétiques et de lisibilité. Point positif, l’étanchéité passe de 200 à 300 mètres de profondeur, comme en témoigne la mention «990 feet » sur le cadran.

Yema Navygraf Héritage (prototype)

L’ensemble du boîtier de 39mm de diamètre et du bracelet en acier 316L est proposé en finition brossée, rendant la montre assez discrète au poignet. La forme du boîtier est vraiment typique des années 1970, avec un corps cylindrique et des cornes élancées. Les proportions sont harmonieuses, en partie grâce à une épaisseur de boîtier contenue de 12mm, ce qui est vraiment appréciable pour une montre de plongée étanche à 300 mètres. Le fond de boîte est splendide grâce à l’oriflamme Yema en relief frappé à la presse hydraulique et à sa finition polie/brossée.

Yema Navygraf Héritage (prototype)- fond de boîte

Le bracelet Oyster possède une boucle déployante double sécurité gravée avec le logo de la marque. On trouve aussi l’inscription « Maison Horlogère Francaise depuis 1948 » sur le fermoir, qui se trouve cachée lorsque la montre est portée. Le bracelet possède un système de réglage rapide pour mise à la taille sur une combinaison de plongée. Seule ombre au tableau, ce dernier est légèrement trop large au niveau du raccord avec le boîtier, créant un angle assez vif et perceptible au toucher. La Navygraf est équipée d’une couronne vissée, permettant de régler l’heure à la seconde près grâce à un système de stop-seconde.

Yema Navygraf Héritage (prototype) – fermoir

La lunette en verre saphir inrayable unidirectionnelle et graduée à 120 divisions offre un rendu vraiment splendide avec ses chiffres patinés traités au Super-Luminova. Rappelant les lunettes en bakélite de l’époque, elle constitue sans conteste l’un des points forts majeurs de la montre. La Navygraf est équipée d’un verre saphir plat avec traitement anti-reflet, s’inscrivant parfaitement dans la continuité de la lunette. Cet effet d’aplat apporte un vrai plus esthétique à ce modèle.

Yema Navygraf Héritage ( prototype)

Le fond de cadran noir mat et les index patinés en « point d’exclamation » contrastent avec le jaune vif des aiguilles.  Yema a choisi d’appliquer une couleur de Super-Luminova différente sur les aiguilles et les index, ce qui peut  paraitre étrange au premier abord mais correspond à la Navygraf originale. On trouve aussi la mention « Patent Pending » à six heures, en hommage à l’histoire de la marque.  Le modèle essayé étant un prototype, les aiguilles seront plus fines sur la version finale. La longueur de l’aiguille des minutes va être également revue à la baisse pour arriver à la limite du chemin de fer.

Yema Navygraf Héritage- version finale

Au cœur de la Navygraf Héritage : le mouvement Ambre MBP1000                 

Grande première sur la collection Héritage, la Navygraf embarque le mouvement maison MBP1000. Entièrement conçu et assemblé au siège de la marque, son élaboration a nécessité d’importants investissements, aussi bien sur le plan humain que financier. Chaque mouvement est réglé et contrôlé avant et après assemblage par un horloger dans l’atelier de Morteau. Le MBP1000 offre une dérive observée à + 6 secondes par jour en moyenne. Avec sa réserve de marche de 45 heures et sa masse oscillante montée sur roulement à billes, ce mouvement devrait également équiper les futurs modèles de la collection Héritage. Un changement bienvenu qui ajoute une touche d’exclusivité à la montre et correspond à l’ADN « made in France » de la marque YEMA.

En résumé

Conçue et testée avec le plongeur professionnel Hugues Vitry, la Yema Navygraf Héritage est une montre de plongée très attachante qui arrive à trouver un bel équilibre entre tradition et modernité. Relativement discrète au poignet grâce à sa finition brossée, ses aiguilles jaunes vif apportent une lisibilité optimale et ajoutent une touche d’originalité à la montre.

Yema Navygraf Héritage  (prototype)

Au niveau des performances, la Navygraf coche toutes les cases d’une montre de plongée moderne avec son étanchéité à 300 mètres et sa lunette en verre saphir. L’utilisation du mouvement maison MBP1000 est à mon sens un vrai plus qui la distingue des montres utilisant des mouvements génériques. Confortable au poignet, elle saura trouver sa place aussi bien sous une chemise que sur une combinaison de plongée.

La Yema Navygraf Héritage est disponible en pré-commande ici au tarif de 749 euros, avec les 500 premiers exemplaires numérotés.

Une réponse sur “Essai : Yema Navygraf Héritage, la plongeuse aux aiguilles jaunes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.