Baselworld 2018 : le retour aux sources

En ce jour d’ouverture de Baselworld, les tendances relevées lors du dernier Salon International de Haute Horlogerie se confirment.

Les marques ont bien pris en compte les attentes des amateurs : attention aux détails, inspiration vintage et bon rapport qualité/prix sont au rendez-vous.

Tudor-Black-Bay-GMT

La Tudor Black Bay GMT est sans doute le modèle qui incarne le plus ce constat. La marque a dévoilé un modèle esthétiquement très réussi, avec un mouvement manufacture moderne (70 heures de réserve de marche, spiral de balancier en silicone, changement de date instantané) sous la barre des 3500 euros. Un tel rapport qualité/prix était tout simplement inimaginable il y a seulement deux ans.

Rolex-GMT-Master-II

Sa grande sœur, la Rolex Pepsi GMT Master 2, a produit l’effet escompté chez les amateurs de la marque à la couronne. Inutile de préciser que les téléphones n’ont pas arrêté de sonner chez les revendeurs officiels, et qu’il faudra désormais patienter plusieurs mois sur une liste d’attente avant de se faire livrer ce modèle en magasin.

Breitling-Navitimer_1_Automatic_38

Belle surprise chez Breitling, qui a dévoilé des montres au cadran moins chargé, dont un modèle unisexe particulièrement réussi. La Navitimer 1 Automatic 38 propose une version plus sobre et allégée de la Navitimer classique.  Son diamètre plaira aux amateurs de montres vintage, et à ceux qui étaient rebutés par les modèles trop imposants de la marque. Son style à la fois sportif et classique lui apporte une polyvalence certaine. Cette pièce trouvera sa place en entreprise ou lors d’occasions plus décontractées.

omega seamaster 1948

Omega a aussi révélé de nombreuses nouveautés. Parmi-elles, deux modèles sortent du lot. Le premier est la Seamaster 1948 édition limitée. Son design est une copie du modèle historique, mais elle embarque à son bord un mécanisme de dernière génération. Le mouvement dispose d’un échappement co-axial, d’une résistance au magnétisme de 15000 Gaus et d’un spiral en silicone. Cela permettra aux acheteurs de bénéficier du meilleur des deux mondes, en alliant esthétique vintage et performance moderne.

Omega-Diver-300

La Speedmaster 300M professionnal diver, version contemporaine du modèle précédent, est une alternative intéressante aux montres de plongée trop souvent similaires. Avec sa lunette facettée, son cadran avec un motif de vague gravé au laser et sa valve à hélium, elle possède une personnalité unique. Moins conservatrice que la Seamaster 1948, elle plaira à ceux qui recherchent une montre plus « fun », en conservant le niveau de finition et les performances techniques propres à la marque.

sinn chronographe

Du côté de chez Sinn, la marque Allemande dévoile son premier chronographe automatique. Dépourvu de tout artifice, il correspond parfaitement à la définition de « tool watch ». Sa lisibilité parfaite, sa rigueur de fabrication et son mécanisme retravaillé sur la base d’un Valjoux 7750 en font une pièce de qualité.

patek 5270P

De nombreuses maisons de « haute horlogerie » ont aussi révélées de nouveaux modèles au grand public. La Patek Philippe 5270P a fait une entrée remarquée avec son cadran couleur saumon, qui était auparavant réservé aux modèles sur mesure. Son mécanisme disposant d’un calendrier perpétuel et d’un chronographe affiche une finition exemplaire. De plus, le cadran sombre provoque un très beau contraste avec le boitier en platine. La haute horlogerie traditionnelle a encore de beaux jours devant elle.

bulgari carbon minute repeater

De l’autre côté du rivage, Bulgari propose une création très contemporaine avec l’Octo Finissimo Minute Repeater Carbon. La montre est entièrement réalisée dans un alliage de carbone, avec une finition « brute » laissant apparaitre les imperfections. Les indices sont directement découpés dans le cadran. Même si cette pièce provoquera certainement des réactions mitigées chez les collectionneurs ; elle propose une approche complètement différente des pièces traditionnelles, ce qui est en soi digne d’intérêt.

mbnf fifth element

Enfin, MB&F a dévoilé une nouvelle pièce réalisée en partenariat avec L’Epée 1839. Cette « Station météo horlogère intergalactique »  dispose de plusieurs modules qui peuvent être séparés de l’ensemble. Ross, le pilote Alien assis sur le rouage principal, se charge de veiller sur les alentours. Cette sculpture horlogère intitulée « the fifth element », possède 531 composants et pèse plus de 15 kg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.