Portrait : Stéphane, passionné de Pequignet

Rencontre avec Stéphane, horloger de profession et passionné par la marque Pequignet.

Stéphane a bien voulu partager son histoire avec la marque Pequignet dont il est devenu dépositaire. Un véritable coup de coeur à la fois sur le plan humain et horloger.

Bonjour Stéphane, pouvez-vous nous présenter votre parcours en quelques mots ?

Je m’appelle Stéphane Clouzeau, j’ai 46 ans et je suis issu d’une famille d’horlogers. Mon grand-père a créé la bijouterie familiale en 1939, mon père a repris en 1973 et j’ai pris la suite en 2004. J’ai donc été bercé dans le domaine de l’horlogerie depuis toujours.

Bijouterie Clouzeau
Trois générations d’horlogers. Crédit photo : Atelier Hannequin Pithiviers

J’ai fait une école de commerce puis un CAP d’horloger à Besançon. Ensuite, j’ai travaillé dans plusieurs bijouteries en tant que salarié, ce qui m’a permis de vendre une grande variété de marques. Après avoir repris la bijouterie, j’ai pu élargir mon portefeuille de marques horlogères avec Frédérique Constant, Alpina ou Sinn.

En juin 2014, j’ai commencé à travailler avec Pequignet. Je connaissais cette marque depuis toujours car elle possède un réel savoir-faire, de vraies valeurs et une très bonne réputation dans le secteur.

Le calibre royal est arrivé dans les années 2010. Je me souviens encore être passé au salon « Belles Montres » à Paris, et  voir la collection manufacture en vitrine. Au début je ne pensais pas avoir le potentiel nécessaire pour vendre ces montres dans ma bijouterie à Pithiviers mais trois passionnés m’ont contacté pour acquérir une Pequignet.

Je me suis dit que c’était un signe du destin et j’ai contacté la marque pour distribuer la gamme manufacture. Je croyais beaucoup au produit et je rêvais de commercialiser ces montres.  Au fil des années je me suis passionné pour la marque.

Comment évolue la demande de montres et le profil de la clientèle ?

La demande en montres mécaniques a explosé depuis une vingtaine d’années.  Désormais le marché est arrivé à maturité. La montre est devenue un bijou, un objet technique et de réflexion. Les gens ne la voient plus du tout de la même façon.

Internet est une source énorme d’information qui permet d’initier le public à l’horlogerie grâce aux forums et aux réseaux sociaux. Même à titre personnel, j’ai pu découvrir de nouvelles marques dont je ne connaissais que le nom. En tant que professionnel cela nous pousse à être de plus en plus au point au niveau technique et commercial. Le forum « Forumamontres » m’a permis d’apprendre beaucoup et de partager cette passion.

Quels sont les éléments qui vous attirent chez Pequignet ?

En premier lieu, Pequignet est une marque Française. Il existe assez peu de marques horlogères Françaises, et encore moins qui conçoivent et produisent leur propre calibre en France. Le mouvement est magnifique à la fois par ses complications et ses qualités esthétiques. J’ai eu un vrai coup de cœur esthétique et horloger pour la marque.

Siège de la marque Pequignet
Manufacture Pequignet à Morteau.

Lorsque j’ai visité la manufacture Pequignet à Morteau, j’ai pu découvrir tant de choses et rencontrer l’équipe sur place. Cela m’a fait apprécier d’autant plus le savoir-faire de la marque, sans compter le côté humain qui est pour moi primordial.

Ma relation avec Pequignet est devenue une belle histoire, qui paraissait impossible au début mais qui est devenue réalité. Je fais mon maximum pour soutenir la marque en communiquant sur internet et à travers mon activité professionnelle. Je me suis offert le modèle Rue Royale GMT bleu pour mes 45 ans dont je ne me séparerai jamais car sa valeur sentimentale est irremplaçable.

Pequignet Manufacture GMT
La Pequignet Rue Royale GMT de Stéphane. Crédit photo : @nicedily sur Instagram

Avez-vous un souvenir particulier qui a marqué vos visites de la manufacture ?

J’ai pu voir que la marque est partie d’une page blanche pour concevoir le calibre. En 2016, Philippe Blanchot (Directeur industriel), nous a montré des classeurs entiers de plans techniques avec chaque composant et des cotes au micron près.

Il a pu nous expliquer les différentes étapes nécessaires à la fiabilisation du calibre. Il a été lancé sur le marché assez rapidement pour des raisons économiques, après plusieurs années de recherche et développement. Il y a donc eu quelques soucis techniques au départ, comme un problème de jour/date dû aux disques en laiton qui ont été remplacés par des disques en aluminium.

J’ai pu en apprendre beaucoup en tant qu’horloger en visitant la manufacture. J’ai vraiment apprécié cet effort de transparence.

Pequignet Royale manuelle 013
Pequignet Royale Manuelle . Crédit photo : @nicedily sur Instagram

Malheureusement certaines personnes pensent toujours que le calibre royal n’est pas fiable, et ce plus de 8 ans après ces soucis techniques. Le contrôle qualité est fondamental chez la marque.

J’ai pu vendre un grand nombre Pequignet manufacture depuis 2014 et je n’ai eu qu’un seul retour à ce jour, ce qui est rare pour un calibre avec tant de complications.  Les composants sont testés et contrôlés à chaque étape de la fabrication et le mouvement est réglé avant et après emboitage. Enfin, les commandes des montres Pequignet Manufacture ne sont livrées que 8 -10 jours après car  le réglage est contrôlé de nouveau avant expédition.

Autre souvenir en novembre 2017, Dani Royer, le nouveau PDG et ingénieur nous a confié que  le triple saut instantané (jour/date) passait en deux centièmes de secondes ! Une vraie prouesse technique et horlogère dont nous aurons une vidéo.

Pouvez-vous nous faire une présentation rapide de la collection ?

Dans la gamme manufacture, nous trouvons le nouveau calibre royal manuel à 2850 euros. Il possède 100 heures de réserve de marche. Ensuite, la Rue Royale réserve de marche automatique avec cadran bleu, opalin ou noir à 3800€. Pequignet a ajouté le jour/date à la rue royale réserve de marche, auquel peuvent venir se greffer en plus une fonction GMT ou phase de lune. Le calibre a été conçu pour intégrer les complications dès le départ.  D’où l’absence de superposition de modules, ce qui permet au calibre de conserver ses 5.8mm d’épaisseur.

Il  existe également d’autres modèles avec plusieurs styles de boîtiers de 41 à 44mm, toujours avec le Calibre Royal. Le rapport qualité/prix est exceptionnel, et les finitions sont très agréables à regarder. La marque travaillera certainement  sur un modèle manuel avec un boîtier plus fin et d’un diamètre de 39 ou 40mm. Ce projet correspond à une vraie demande émanant principalement des passionnés d’horlogerie.

Pequignet manuelle royale
Pequignet Royale Manuelle. Crédit photo : @nicedily sur Instagram

En parallèle, il existe la collection Pequignet Horloger Créateur, avec un cœur de gamme entre 800 et 1500 euros. Toutes ces montres sont étanches et possèdent un verre saphir. Les modèles féminins à quartz ou automatiques me plaisent beaucoup. Par exemple la Pequignet Attelage possède des étriers amovibles permettant de changer de bracelet en 10 secondes. C’est un aspect très apprécié chez la clientèle féminine qui peut accorder son cuir à sa tenue ou ses accessoires.

Aujourd’hui la marque est bien placée sur la montre féminine haut de gamme. Au début j’étais surtout intéressé par la gamme manufacture, mais vendre la gamme Horloger Créateur me permettait de combler un déficit de modèles féminins haut de gamme et de  soutenir Pequignet lorsque la marque risquait d’être mise en liquidation judiciaire fin 2016.

Que s’est-il passé ?

A l’époque, trois offres de reprise ont été déposées, dont une seule maintenant le calibre royal en vie. Elle était portée par quatre salariés qui sont devenus aujourd’hui les quatre dirigeants. La marque a réduit ses effectifs, ce qui était indispensable pour pérenniser l’activité. Deux horlogers ont été embauchés depuis 1 an ce qui porte l’équipe à 18 salariés. La gestion  de l’entreprise a été revue ainsi que la manière de travailler. Pequignet met l’accent sur la formation et la polyvalence de ses effectifs. Cela permet un gain de productivité important tout en donnant à chaque salarié davantage de responsabilités et de connaissances.

Aujourd’hui le potentiel est là même s’il reste un point important à améliorer : la communication. Les  deux collections Pequignet et la magie du Calibre Royal ne sont pas suffisamment connues du grand public.

Pour donner davantage de visibilité à la marque, nous avons créé avec mon ami Michel un groupe Facebook «Passion Pequignet » fin 2017. Celui-ci permet de partager des nouveautés , des photos , avis et de créer de l’interactivité avec ses membres, le tout dans une ambiance très conviviale. Un ami, Didier  (@nicedily sur Instagram) a pu rendre hommage à la superbe Manuelle Royale en réalisant des clichés magnifiques qui sont désormais utilisés par la marque.

Pequignet Manuelle Royale
Pequignet Manuelle Royale. Crédit photo : @nicedily sur Instagram

Nous avons pu, grâce  à Pequignet, organiser deux visites de la manufacture qui ont été très appréciées des visiteurs comme de nos hôtes. Depuis quelques semaines, Pequignet a repris la communication sur les réseaux sociaux avec une agence spécialisée.

Etes-vous un collectionneur de montres ?

Je n’ai jamais eu beaucoup de montres en même temps car j’avais du mal à faire une infidélité à la montre que je portais.  Cela a changé au fil du temps, mais quelque part j’éprouve beaucoup de plaisir à être au contact des montres au magasin. Je prends autant  de plaisir à les voir et les faire essayer qu’a les porter.

En plus de ma Pequignet GMT bleue, j’ai une Seiko Turtle. C’est une toolwatch sympathique avec sa trotteuse jaune et son cadran bleu électrique. J’ai deux prochains objectifs : une  Pequignet Royale Titane et une ZRC grands fonds. J’aime beaucoup cette marque Franco-Suisse et ce modèle atypique qui plait aux passionnés.

Les deux fondateurs de cette marque sont aussi sympathiques et passionnés, ce qui me convient parfaitement. C’est une « petite » marque indépendante comme Pequignet mais quel plaisir de travailler avec ces marques !

Pequignet Royale Titane
Pequignet Royale Titane. Crédit photo : Guillaume.D

Quand on voit la logique actuelle des grands groupes horlogers, les priorités financières passent avant le contact humain et le détaillant est souvent un simple numéro. Pourtant nous avons tous besoin d’une vraie relation de partenaires à long terme ou chacun donne le maximum pour l’autre. Les marques indépendantes sont aussi plus réactives au niveau du SAV. Cette relation de proximité avec ces partenaires nous encourage à développer leurs marques qui se soucient de leurs clients finaux.

Un mot pour conclure ?

Je souhaite faire un petit clin d’œil à Emile Pequignet qui a créé la marque en 1973. Passionné d’équitation, il a aussi dessiné des modèles inspirés de sa passion et créé la maille Moorea.  Grâce à Passion Pequignet, j’ai pu faire la connaissance de sa femme Laurence qui tient un gîte au Pré Oudot ou vit et vous recoit  la Famille Pequignet. C’est un endroit très sympa avec un cadre exceptionnel pour visiter cette belle région.

Je passe aussi le bonjour à l’équipe Pequignet à Morteau  et je suis ravi d’être dépositaire de cette très belle  marque.

Une réponse sur “Portrait : Stéphane, passionné de Pequignet”

  1. Nous sommes tous unanimes pour confirmer que Stéphane est
    LE PROFESSIONNEL à qui vous devez vous adresser pour acheter votre montre et en l’occurrence celles dont il est l’heureux et chanceux dépositaire comme Pequignet, ZRC, Yema, Seiko, Junghans, Alpina… 👌🏻

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.