Top 5 : Les montres de plongée incontournables

Les montres de plongée possèdent un charme unique, mélange de technicité et d’esthétisme.

Entre nageurs de combats, records de profondeur et innovation technologique, découvrez l’histoire de ces  montres incontournables.

L’originale : Blancpain Fifty Fathoms

blancpain fifty fathoms

Bob Maloubier, fondateur des nageurs de combats Français, est à l’origine de la Fifty Fathoms. Il recherchait une montre pouvant répondre aux besoins des soldats de son unité, mais rien n’était disponible sur le marché.

Après avoir imaginé un boîtier disposant d’une lunette tournante, il se rend chez LIP pour démarrer la production. La marque refuse catégoriquement, car selon-eux cette montre était vouée à un échec commercial. Il se tourne donc vers Spirotechnique, qui le mettra en contact avec Blancpain, une manufacture Suisse inconnue à l‘époque.

En 1953, la Fifty Fathoms est née. Elle possède une légibilité parfaite, un mouvement automatique et des indices luminescents. La Fifty Fathoms est à l’origine de toutes les montres de plongée actuelles.

La distinctive : Panerai Radiomir

panerai radiomir

L’histoire de Panerai est intimement liée à celle de Rolex. L’armée Italienne avait aussi besoin d’une montre spécifique pour ses nageurs de combat, et s’est naturellement tournée vers Rolex. A l’époque, Rolex était la manufacture qui disposait du plus grand savoir-faire en matière de montres étanches.

La Panerai Radiomir possède un diamètre important pour améliorer la visité sous l’eau. Contrairement à la Fifty Fathoms, elle ne dispose pas de lunette tournante. Sa forme de boîtier unique en fait une montre immédiatement reconnaissable. Rolex a arrêté de collaborer avec Panerai au milieu des années 1950, et la marque produit désormais ses propres montres en Suisse.

 L’icône : Rolex Submariner

rolex submariner

La Rolex Submariner est la montre la plus populaire au monde, et celle qui vient tout de suite en tête lorsque l’on parle de la marque. Après avoir produit des montres de plongée pour Panerai, Rolex décide de sortir son propre modèle en 1953. Hans Wildorf, fondateur de Rolex et génie du marketing, souhaite marquer les esprits. La marque attache un prototype de montre au sous-marin d’Auguste Picard. Après une plongée à plus de 3000 mètres, la montre ressortira intacte.

Cet exploit a prouvé la fiabilité des montres de plongée Rolex. La marque a réalisé de nombreux tests et collaborations afin d’améliorer la Submariner. Rolex équipera entre autres les plongeurs professionnels de la COMEX, société Francaise pionnière dans le domaine de la plongée profonde industrielle. Les Rolex Submariner « COMEX » sont particulièrement recherchées par les collectionneurs.

La classique : Omega Seamaster

omega seamaster

L’histoire de la Seamaster est elle aussi liée au domaine militaire. Omega a commencé à produire des montres étanches en collaborant avec Yves Le Prieur, pionner dans le domaine de la plongée sous-marine. Dès 1936, la marque produit une montre capable de résister à 14 mètres de profondeur, un record pour l’époque.

La Seamaster a été inspirée par les montres de plongée portées par les nageurs de combat de la marine Britannique. Ce fût la première montre à utiliser des joints d’étanchéité modernes, pouvant résister à de grandes variations de température. Pour prouver sa fiabilité, une Seamaster a été accrochée à un avion lors de la traversée du pôle nord en 1956.

Un an plus tard, Omega dévoile la seamaster 300, pouvant résister à 200 mètres de profondeur. Après être tombé en désuétude, la Seamaster fut remise au goût du jour grâce au partenariat avec la célèbre franchise James Bond.

La révolutionnaire : Seiko Tuna

La Seiko Tuna est une montre de plongée plus récente que les précédentes. Seiko a commencé à produire des montres de plongée en 1965. Quelques années plus tard, la démocratisation de la plongée à l’hélium entraine un risque de décollement du cristal sur toutes les montres de l’époque.

Une équipe d’ingénieurs décide alors de s’attaquer au problème. Sept ans de développement seront nécessaires pour concevoir la Seiko Tuna en partant d’une feuille blanche. Lorsque la Tuna arrive sur le marché en 1975, elle est de loin la meilleure montre de plongée jamais conçue.

Avec plus de 20 brevets à son actif, c’est la première montre qui n’a pas besoin de valve à hélium. Elle possède un boîtier monobloc en titanium, résistant à la corrosion, et étanche à 600 mètres. Son mouvement automatique à haute fréquence est protégé des chocs et du magnétisme.

A propos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.